Légion des super-héros # 6
Écrit par Brian Michael Bendis
Art de Ryan Sook, Wade Von Grawbadger et Jordie Bellaire
Lettrage de Dave Sharpe
Edité par DC
«Évaluation Rama: 5 sur 10

Alors que la couverture de Legion of Super-Heroes # 6 annonce quatre nouvelles recrues dans l'équipe, les lecteurs seront probablement déçus – tandis que Gold Lantern reçoit une brève introduction après son apparition en un clin d'œil et vous allez le manquer dans le Dans le premier numéro de la série, l'écrivain Brian Michael Bendis et l'artiste Ryan Sook livrent un chaos gratuit pour tous plutôt que de plonger particulièrement profondément dans cette super-équipe déjà tentaculaire. Pourtant, si vous êtes prêt à pardonner l'appât et l'interrupteur de la couverture, c'est un livre magnifiquement illustré, malgré son rythme laissant un peu à désirer.

À bien des égards, l'approche de Bendis à Legion of Super-Heroes me rappelle beaucoup sa course sur New Avengers – chaque fois qu'il a un gros casting, Bendis a toujours choisi de se concentrer sur eux sur une base plus à la carte, ce qui peut être aléatoire selon le lecteur. Mais cette approche se sent magnifiée avec ce livre particulier, étant donné que la Légion, par son nom même, a été définie par son énorme écurie de héros interstellaires – ce qui signifie que dans la pratique, la plupart d'entre eux auront peu de succès.

Superboy Jon Kent, en tant que protagoniste de la série, continue d'être un personnage de point de vue efficace, mais Monster Boy ne reçoit qu'un rapide doublure, tandis que le nouveau Doctor Fate n'apparaît pas du tout dans ce numéro. Même l'introduction explosive de Gold Lantern ressemble toujours à quelque chose qui en était encore aux premières étapes du projet – Ultra Boy dit que la nouvelle Lanterne «a une histoire tellement incroyable. Attendez de l'entendre! », Mais ce sera clairement une histoire pour une autre bande dessinée, car nous n'avons vraiment aucune idée de qui est le personnage ou de ce qu'il peut faire, au-delà des constructions vagues et du visuel amusant d'un anneau de lanterne. et un anneau de la Légion travaillant côte à côte.

Ce sont ces visuels qui gardent Legion of Super-Heroes comme un sac mixte plutôt qu'un énorme raté – Ryan Sook peut l'apporter avec le meilleur d'entre eux, avec les encres luxuriantes de Wade Von Grawbadger donnant au livre entier une sorte de Pat-Gleason-by- poids façon Tony-Harris. C'est un témoignage de la coloriste Jordie Bellaire qu'elle est capable de jongler avec autant de couleurs différentes pour tous ces différents personnages, et ne pas faire ressembler le livre à un gâchis chaotique – mais elle augmente vraiment l'énergie bien partout.

C'est une excellente base pour Sook de jeter autant de personnages dans le mix que le script de Bendis le demande – alors qu'il y a une tonne de séquences de deux pages qui font que ce problème se sent décompressé même pour Bendis, ce qui donne à Sook une tonne de marge de manœuvre pour dessiner des batailles spatiales plus grandes que nature. La séquence Gold Lantern est bien sûr le point culminant de tout le problème, car Sook laisse ce nouveau GL se détacher d'une manière qui éclipse même les agrafes de Legion of Super-Heroes comme Cosmic Boy et Lightning Lad.

Cela dit, en relisant cette question, le niveau de décompression ici entrave la dynamique de l'histoire de manière assez dramatique. Même avec un nombre de pages semi-développées de 22 pages, près de la moitié de ce nombre de pages est consommée par des pages doubles, tandis que la conclusion réelle de l'histoire se déroule essentiellement hors panneau, alors que le président de United Planets Brande finit par raconter la Victoire de la Légion via un hologramme. C'est une façon profondément anticlimatique de mettre fin à ce qui avait été une bataille royale exagérée, et étant donné que cela consomme un quart du nombre de pages, cela constitue une façon décevante de conclure.

Je dirais que la raison d'inclure de nouveaux membres dans une super-équipe emblématique comme la Légion des super-héros n'est pas seulement de proposer la prochaine franchise prête pour les médias, mais aussi de donner aux nouveaux arrivants d'une série un personnage accrochez-vous, celui qui n'a pas l'histoire ou les complications de plus de 60 ans d'histoire derrière eux. Mais je dirais que les gens qui ne connaissent pas la Légion prendraient probablement ce problème et seraient complètement désorientés – et cela sans compter les gens qui ont été attirés par la couverture et se sentant un peu trompés. (Et étant donné que c'est la deuxième fois que ce titre fait cela dans six numéros, étant donné l'apparence d'invité presque inexistante de Damian Wayne, je comprendrais le sentiment d'être brûlé.) Heureusement, l'incroyable illustration de Ryan Sook gardera probablement les lecteurs sur le crochet , même si Legion of Super-Heroes # 6 n'est pas à la hauteur de sa couverture.