La critique du Roi Lion: "Remake est un spectacle étonnant qui suit de près l'original"

La critique du Roi Lion: "Remake est un spectacle étonnant qui suit de près l'original"
4.5 (89.19%) 37 votes


Que vous le jugiez nécessaire ou non, il est indéniable que le marché des actions nostalgiques de Disney en action réelle est énorme: le livre de la jungle, Aladdin et Beauty And The Beast réunis ont rapporté plus de 3 milliards de dollars au box-office. Le Roi Lion est le dernier en date, et même s’il ne s’agit pas vraiment d’une action vivante, ses visuels CGI sont aussi photoréalistes.

Le Roi Lion de 1994 est l’un des plus appréciés des nouveaux classiques (ish) de Disney, et ici, le réalisateur Jon Favreau lui accorde le même traitement qu’il donnait au Livre de la jungle (bien que ce film présente le jeune Neel Sethi comme Mowgli – Le Roi Lion ne êtres vivants à l'écran). Les personnages photoréaux sont incroyablement rendus dans un remake qui suit de très près le modèle de l'original. C’est une expérience de visionnage bizarre, car vous aurez l’impression inévitable que vous l’avez déjà vue, même si vous avez le plaisir de voir vos images préférées devenir réalité.

Des indices musicaux, des clichés iconiques recréés de manière identique et des dialogues largement répétés ont frappé les boutons de nostalgie pour donner une jolie dose de sensations involontaires aux téléspectateurs familiarisés avec l'original. Le prince lion Simba (JD McCrary, et plus tard Donald Glover) est nerveux à l'idée de suivre les empreintes de patte surdimensionnées de son père / roi Mufasa (James Earl Jones, reprenant son rôle avec autorité supérieure). Les moments forts de la conférence sont marqués par les sommets: de la cérémonie d’ouverture à Pride Rock à la vallée de gnous, les scènes clefs sont recréées de façon saisissante.

Le fait que l'histoire ne réserve pas de surprises à quiconque a vu l'original signifie que vous pouvez vous contenter de regarder les images, ce qui semble presque être l'essentiel. C’est un progrès remarquable en termes d’animation. L'éclairage (surtout les couchers de soleil polis) est incroyable. Vous pouvez parfois vous rappeler que les animaux sont animés, mais il est presque impossible de convaincre votre cerveau que les arrière-plans ne sont pas réels.

En plus du fait qu'ils peuvent parler, les acteurs sont principalement limités par leur apparence physique, y compris des expressions faciales minimales. Cela peut parfois donner l'impression que certaines scènes (en particulier les numéros de musique) sont un peu en sourdine, car les interprètes ne disposent que de mouvements mineurs de la bouche pour vendre leurs émotions. Plus aurait pu rompre le réalisme, mais on pourrait soutenir que cela aurait ajouté à l'investissement, en particulier pour les nouveaux arrivants. (Dans un univers parallèle, il serait intéressant de regarder une version alternative du Roi Lion qui va plus loin dans les enjeux du réalisme et les fossés de toutes les paroles et les chants.)

À bien des égards, ce Roi Lion est tourné comme un documentaire naturel haut de gamme, qu’il s’agisse de retrouver une bête errante parcourant une plaine ou de lutter avec un rongeur d’une urgence criarde. La plupart des angles amusants et des zooms sont réservés au phacochère Pumbaa (Seth Rogen) et au suricate Timon (Billy Eichner), qui s’amusent énormément à prendre la part des plaisanteries au lion. Le futur partenaire de Simba, Nala (Shahadi Wright Joseph et plus tard Beyoncé Knowles-Carter) a un peu plus à faire cette fois-ci, bien que Knowles-Carter s’avère plus d’un atout sur le plan du chant (offrant une nouvelle chanson originale) que dramatique. Chiwetel Ejiofor a la tâche peu enviable de suivre Jeremy Irons en tant que diabolique oncle Scar, mais parvient toujours à suinter une menace classique.

On ne peut nier le savoir-faire et les soins nécessaires pour recréer des souvenirs d’enfance. C’est comme une expérience de pensée pour un enfant («Que ferait mon dessin animé préféré? Regardez comme? ’) prodigués avec énormément de soin, d’attention et de budget. Bien que le résultat soit un spectacle étonnant, les visuels hyperréaux ont parfois l’impression d’être en conflit avec le drame shakespearien et les chansons qui plairont à la foule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *