X-Men: Critique de Dark Phoenix: "Ne se lève jamais comme prévu"

X-Men: Critique de Dark Phoenix: "Ne se lève jamais comme prévu"
4.1 (82.96%) 27 votes


Même dans le contexte des métros qui soulèvent Magneto, X-Men: Dark Phoenix arrive avec beaucoup de travail à faire. Non seulement at-il atterri après un autre super-héros illuminé et une autre phase finale de la franchise: il doit également remédier au scénario du producteur / producteur devenu réalisateur Simon Kinberg et à la précédente co-écriture de la saga de bandes dessinées de 2006 de Chris Claremont, Brusque. L’expiation pour le sommet de l’année 2016 est une autre exigence. En outre, il faut également conclure une série de films de 19 ans, avec les investissements émotionnels qu’elle entraîne et les crises qui menacent la continuité de la planète.

Bien que Kinberg trouve quelques moyens astucieux d'alléger cette charge pour en faire un poids gérable, l'effet d'entraînement se sent souvent frustré par la malnutrition. Les dialogues, les personnages et les thèmes se retrouvent souvent à moitié réalisés, la portée cosmique de la bande dessinée de Claremont et la course expansive de films X de qualité supérieure disparaissent. Malgré l’impressionnante mise en scène et les représentations engagées de l’équipe (sortante?), Le piquant du pop-art et le choc émotionnel agressif de Logan sont absents, donnant lieu à une franchise souvent émoussée qui ne prend son envol que par intermittence.

Crédit d'image: 20th Century Fox

L’initiative la plus intelligente de Kinberg consiste à contrer le déséquilibre mal équilibré de The Last Stand et Apocalypse, en mettant l’accent sur Jean Grey. Nous commençons en 1975, où le jeune Jean manifeste un besoin latent de changer de chaîne sur l’autoradio de ses parents… Une tragédie plus tard, la puissance du complot nous conduit en 1992, où Charles Xavier de James McAvoy dépêche une équipe mutante pour sauver l'équipage d'une navette spatiale lors d'une rencontre avec une éruption solaire. Ce pari (impressionnant) tue presque Jean (Sophie Turner); elle survit, mais découvre en elle une nouvelle et mystérieuse force, une force qui fait d'elle une cible pour des extraterrestres capturant le corps.

En se tenant près de Jean, Kinberg ancre sa rage en pleine évolution en réalisant que Charles a altéré ses souvenirs. Un nouvel écran prend pour Xavier qui émerge, arrogant et ouvert à la critique, en particulier de la juste Raven / Mystique de Jennifer Lawrence. McAvoy en profite pour présenter un personnage à plus de facettes que Kevin Wendell Crumb de Glass, sans le feu d’artifice gratuit.

Crédit d'image: 20th Century Fox

Le vrai feu d'artifice a éclaté dans une confrontation avec Jean, avec des conséquences fatales pour un favori X, un ventre plein de culpabilité pour Grey et une détermination divisée de la tuer / de la sauver de l'équipage X. Michael Fassbender travaille décemment en sentant le travail d’Erik "Magneto" Lehnsherr, encore une fois épuisé par le chagrin et fatigué des discours d’excuses de Charles.

Bien que les téléspectateurs se sentent également épuisés par les efforts de Kinberg pour cartographier de nouvelles routes par le biais des tensions anciennes des X-Men, au moins un discours digne de ce nom n’aurait pas mal tourné. Le dialogue sans humour est souvent brouillé quand il doit piquer ou étinceler, une exposition à plat privilégiant le fizz et la saveur. Jessica Chastain fait partie des victimes. Elle est menacée par une menace furtive pour le T-1000 (son tueur, aussi) mais souffre de motivations nébuleuses. Turner travaille de plus en plus, allant de confus à un pouvoir cosmique, même si elle a du mal à investir ses pouvoirs et ses conflits internes avec le coup de poing dramatique requis.

Une perte de temps climatique basée sur le train compense, donnant aux mutants une chance d'afficher un travail d'équipe historique. Chapeau à Alexandra Shipp’s Storm et à quelques démolissements fringants de Kodi Smit-McPhee Nightcrawler. Hans Zimmer fournit un soutien émotionnel avec une partition inédite contraignante, bien que la finale elle-même ne propose qu'un post-scriptum dégonflé, sans les sensations fortes de ces autres envois surpuissants récemment distribués. "Peut-être qu'il est temps pour nous d'aller de l'avant", suggère Raven à un moment donné. Après ces adieux, mais légers, aux années FoX-Men, il est difficile de nier la nécessité d’un nouveau départ. Jouez, monsieur Feige.

X-Men: Dark Phoenix sera en salle le 5 juin.